21/10/2011

Jour 3 : A la découverte des villages retirés

Réveil difficile après une nuit courte. Cela pourrait sembler parfait pour entamer un scénario catastrophe, mais que nenni ! Dan a tenu la parole qu’il nous avait faite : pas de mal de tête avec l’alcool de riz. Bien qu’un tantinet fébriles, nous reprenons la route vers 9h après un petit déjeuner composé d’un grande soupe accompagnée de nouilles et de poulet. Nous quittons Sapa pour nous diriger dans les zones les plus reculées du Nord du Vietnam. Nous passons devant les magnifiques cascades Silver Waterfall avant de nous arrêter au sommet d’un col pour siroter un thé avec une vendeuse de tout et de rien (on en rencontre fréquemment aux bords des routes, même les moins fréquentées). Pour diner, nous faisons halte dans un petit village et mangeons dans la cantine locale. Le menu commence à devenir assez connu : chacun possède un bol et deux baguettes. Au milieu de la table, le restaurateur apporte des plats dans lesquels chacun va se servir : riz bien sur, qu’on utilise pour tapisser le bol, mais également du poulet, du bœuf ou des légumes verts. Parfois nous avons droit à des plats plus exotiques : du canard, du cheval ou encore de la chèvre. Le tout à tremper dans des sauces tantôt pimentées, tantôt douces. Une chose est sûre : au niveau de la nourriture, la nature a été clémente avec les vietnamiens. C’est un pays pauvre, mais on n’y meurt certainement pas de faim. Nous nous remettons ensuite en route pour une vingtaine de kilomètres à travers une piste, certes en très mauvaise état (rocailleuse et parfois pentue) mais on sent que l’on a pris de la confiance. On s’amuse. Nous arrivons finalement au village de Muong Hum. Eloigné de tout (on y accède par une route qu’on ne qualifierait même pas de chemin de terre en Belgique), ce village est très sympathique. Le directeur de l’école du village nous reçoit pour prendre le thé. Aussi étonnant que cela puisse paraitre, chaque village, aussi retiré soit-il, possède une école et l’électricité (un des bienfaits du communisme ?). Le directeur est un peu nerveux. Des responsables du Parti viennent visiter l’école (comme chaque année). Nous mangeons à nouveau un plat traditionnel dans le restaurant du village. Nous y retrouvons en soirée le directeur et son adjoint qui, vu leur état joyeux, ont dû passer un contrôle agréable. Cette nuit, nous dormons chez l’habitant. Des amis de Dan qui connait vraiment tout le monde. Après avoir rentré nos motos dans la grande pièce commune, nous montons à l’étage rejoindre notre chambre. Je dis bien chambre sans « s ». Celle-ci est assez précaire, une partie du toit consiste en une…bâche. Dans un coin de celle-ci, un matelas à même le seul, où nous comprenons assez vite qu’il nous faudra dormir tous les trois. Bon, on se connait depuis longtemps, ce n’est pas un gros problème.  Après avoir arrangé quelques détails pratiques (qui occupera quelle partie du lit et qui prend quelle couverture) nous nous endormons paisiblement, sans oublier de donner un petit coup de coude au voisin qui prend beaucoup de place.

PS: Peu de photos de cette journée, suite à une panne de batterie...

IMG_7756.JPG

IMG_7754.JPGIMG_7758.JPG

 

 

 

 

 

IMG_7760.JPGIMG_7776.JPGIMG_7778.JPG

18:49 Écrit par amaury dans Vietnam | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : vietnam, voyage |  Facebook |

Jour 2 : L’aventure commence

Les couchettes n’étaient pas très confortables mais quelques cannettes de Bia Ha Noi nous ont aidés à passer une nuit tranquille. Nous sommes réveillés par le contrôleur juste avant d’arriver à Lao Cai, capitale dans la province du même nom, niché à plus de 1000 mètres d’altitude. Notre guide, Dan, nous y attend. Le premier contact (en anglais) est agréable et on sent déjà que l’aventure vaudra son pesant de cacahuètes. Nous prenons directement la bus pour Sapa, ancienne citée balnéaire française dans les hauteurs de la province. Après un petit-déjeuner typique, nous prenons possession de nos chambres dans un petit hôtel correct. Après, nous passons au plat de résistance : le test des motos (des Honda 125cc, à l’apparence de scooters). Nous sommes tous les trois néophytes. Seul Mathieu a conduit un scooter dans sa jeunesse. Les premiers mètres sont périlleux et le doute s’installe un peu. Dan nous emmène au stade de Sapa (une sorte de prairie géante) pour nous entrainer. Manque de chance, des gamins ont pris possession de l’endroit. Pas grave selon Dan qui trouve que nous nous en tirons déjà pas mal… Là, on ne l’a pas trop compris. Bref, nous nous mettons en route vers le village de Tai Phin. Les mirettes grandes ouvertes, nous découvrons toute la beauté des montagnes vietnamiennes et des rizières, à perte de vue. Une véritable révélation pour nous, nous sommes déjà conquis. Nous sommes en pleine saison de récolte du riz. Dan, qui connait tout le monde, nous fait signe de nous arrêter sur le bord du chemin. Nous allons à la rencontre des paysans qui nous apprennent comment récolter l’or blanc. Un moment formidable. Nous traversons ensuite plusieurs villages éloignés où vivent les minorités ethniques (il y en a 54 au Vietnam). Pour retourner sur Sapa, Dan nous propose d’emprunter des bumpy roads, on nous allons pouvoir démontrer notre nouveau talent sur moto. Ou pas. La qualité des routes est en général déjà très mauvaise (voire impraticable), mais Dan nous fait passer par des chemins où je ne pensais même pas passer à pied… Passages de rivières, côtes de plus de 15% remplies d’énormes cailloux, tout y passe. Mais pas sans casse. Aurélien inaugure la belle série de chutes (à laquelle j’ai grandement contribué). J’ai réussi à fendre la carrosserie avant de ma bécane. Aurélien n’a lui-même pas besoin de moto pour chuter.  Coincé dans une côte, il laisse le guidon à Dan et se met sur le côté de la route. Un peu trop… Il bascule dans le ravin et s’offre une belle chute qui a bien fait rire un paysan qui passait par là. Nous retournons finalement à Sapa où nous méritons bien un massage d’une heure. Il faut dire qu’à 6$ le massage, on n’allait pas s’en priver… J’en profite pour digresser quelque peu sur le niveau de vie ici. Les prix sont bien moins élevés qu’en Europe, principalement pour la nourriture. Les gens vivent dans des conditions de confort bien moins élevées que les nôtres (maisons étroites et mal entretenues, mobilier restreint et de mauvaise qualité,…) mais cela ne semble pas les déranger. J’ai parfois été étonné du soin qu’ils apportent à leur tenue vestimentaire (surtout les jeunes), qui n’est pas tout le temps en accord avec le cadre précaire dans lequel ils vivent. Tout le monde possède un GSM ainsi qu’une antenne parabolique (même dans les villages éloignés). Et petit message pour mes collègues de Proximus : ici, le 3G est présent partout, même au sommet des montagnes ! Revenons à nos moutons. Dan nous a conviés à souper avec sa famille. Assis par terre dans sa modeste habitation, nous goutons à des spécialités vietnamiennes typiques et véritables, bien différentes de ce qu’on peut trouver à Hanoi, trop touristique. Nous faisons également connaissance avec ce qui deviendra notre pire ami/ennemi : l’alcool de riz. Le repas fut largement arrosé et nous prirent la direction d’un bar de Sapa pour jouer au billard. C’est là que notre journée (et nos souvenirs de la soirée) se terminent.

IMG_7696.JPGIMG_7707.JPGIMG_7727.JPG

 

 

 

 

 

IMG_7702.JPGIMG_7732.JPGIMG_7745.JPG

17:52 Écrit par amaury dans Vietnam | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vietnam, voyage |  Facebook |

Jour 1: Arrivée à Hanoi

On y est! Après un vol sans histoire de Paris à Hanoi, nous voici très tôt le dimanche dans le taxi en direction de la capitale vietnamienne. Premiers décors et déjà le dépaysement est bien présent. Paysage au charme désuet, le Vietnam est clairement un pays en développement. Les constructions et les routes sont parfois chaotiques, mais les innombrables panneaux publicitaires rappellent que le boom économique n’est pas loin. Nous goutons également aux joies du trafic vietnamien : démentiel. Le code de la route est inexistant et seule la loi du klaxon existe. J’aurai l’occasion d’y revenir plus tard. Nous arrivons à notre agence où nous recevons tout l’équipement nécessaire pour notre première aventure : un trek de 4 jours en moto dans les montagnes du nord du Vietnam. Nous ne ratons pas l’occasion de gouter la bière locale, la Bia Ha Noi. Nous visitons également l’ancienne ville, où jadis chaque rue représentait une corporation. L’épicentre de la ville est le Lac de l’Epée Reconstituée, baptisé ainsi suivant la légende qui veut qu’une tortue rendit, un jour, son épée à un guerrier qui l’avait perdue dans le lac. Pour diner, nous optons pour une transition facile : au hasard des rues, nous tombons sur le restaurant « le Petit Bruxelles ». L’après-midi est consacré à la visite de quelques hauts-lieux de la ville, témoins du riche passé de Hanoi : temple de la littérature, mausolée et musée d’Ho Chi Min ainsi que la Pagode de Tran Quoc. La journée se termine et notre véritable périple commence : nous prenons le chemin de la gare pour embarquer dans le train de nuit qui doit nous emmener vivre une expérience fabuleuse en altitude: notre rando moto.

IMG_7600.JPGIMG_7604.JPGIMG_7607.JPG

 

 

 

 

 

IMG_7611.JPGIMG_7638.JPGIMG_7640.JPG

 

 

 

 

 

 

 

IMG_7657.JPGIMG_7669.JPGIMG_7688.JPG

17:25 Écrit par amaury dans Vietnam | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vietnam, voyage |  Facebook |

14/10/2011

Vietnam: h-12

preparation,vietnam,voyage

"Attention au départ" comme disait le forain du manège "Far West"... Mais ici, pas de floche à attraper. L'enjeu est bien plus intéressant: le Vietnam. Dans 12 heures maintenant, le top-départ de notre voyage sera lancé. L'occasion de présenter ce périple...


Au départ, la volonté d'effectuer un grand voyage, comme nous le faisons chaque année avec la même bande d'amis. Après négociations, hésitations et quelques bières nous posons notre choix sur le Vietnam. Rempli d'inconnues, ce pays à la forme de piment nous a immédiatement attirés. Diversité des paysages, écrinvde verdûre relativement protégé du tourisme à grande échelle, situation politique calme, il s'agit d'une destination de choix. Première couille dans le gigot: alors que nous avons l'habitude de partir à 4 ou 5, nous ne serons que 3 à relever le défi asiatique. Pas de problème, il en faudra plus pour nous arrêter.

Dès le départ, nous décidons de ne pas trop organiser notre voyage. Nous ne voulons pas partir complètement à l'aventure, mais nous n'avons certainement pas envie de faire un voyage club med (je me réserve ça pour mes 40 ans, quand j'aurai un gosse et une Harley). On achète donc nos billets d'avion aller (Paris-Hanoi, le 15 octobre) et retour (Ho Chi Minh City - Paris, le 2 novembre). Nous sommes en juillet, et nous laissons volontairement le temps passer avant de planifier quoi que ce soit.

Fin septembre, il est désormais temps de prévoir un minimum. Après quelques recherches sur internet, nous décidons de commencer notre voyage par un périple dans les montagnes du nord, dans la région de Sapa. Petite particularité: la randonnée se fait... à moto. Un défi pour nous, néophytes que nous sommes. Soit. Nous sommes jeunes et cons, c'est parfait pour nous. Nous décidons qu'après ce passage alpin, nous nous dirigerons vers la Baie d'Along et ses décors de carte postale. Nous essayerons de faire une croisière de 2 jours sur une jonque. Ensuite, retour sur Hanoi pour prendre un avion vers Nah Trang (Les vols internes au Vietnam, c'est moins cher que Ryan Air! On testera la qualité, mais pas difficile de faire mieux que les Irlandais). Là, délassement et plaisirs de la chair (de fruits de mer bien sûr) sont au programme. Une fois rassasiés, nous nous dirigerons vers Phu Quoc, véritable île paradisiaque, petit trésor de la nature situé à l'extrême ouest du Vietnam. Après, direction le delta du Mekong que nous parcourerons tranquillement pour rejoindre Ho Chi Min City, notre dernière étape.

Avant tout celà, une dernière épreuve: préparer son sac. Après une offensive chez AS Adventure et Decathlon, il faut tout faire rentrer dans le bon vieux sac scout. Je sais que j'ai probablement oublié la moitié de l'essentiel... Mais je ne m'affole pas, le Routard et le Lonely Planet sont formels: autant acheter là-bas tout est moins cher! En espérant qu'ils pensaient à l'iPhone 4S en écrivant ça...

J'essayerai, tant que faire se peut, d'alimenter ce blog régulièrement lors de ce voyage. J'espère que vous apprécierez nos récits.

Au plaisir,

amaury

20:55 Écrit par amaury dans Vietnam | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : preparation, vietnam, voyage |  Facebook |