30/10/2011

Jours 14 et 15 : Bataille de fruits sur le Mékong.

5h, le réveil sonne tôt ce matin. Une demi-heure plus tard, notre guide, Tao, nous emmène au bord fleuve pour embarquer sur notre petite chaloupe, pilotée par une femme, comme la majorité des barques. Le jour se lève, nous naviguons vers la première découverte de la journée : le plus grand marché flottant du coin. Assez surprenant, il s’agit d’un marché classique (surtout de fruits) mais tout se passe de bateaux à bateaux. La région du Mékong est vraiment surprenante. L’eau et la terre ne font plus qu’un et tout le monde a l’habitude de vivre les pieds dans l’eau. Pas étonnant donc que chacun aille faire son marché en barque. Chaque vendeur signale au sommet d’une perche ce qu’il vend : papaye, ananas, pamplemousse, manioc, orange,… On s’arrête chez quelques un pour acheter notre déjeuner fruitier. On continue ensuite pour s’enfoncer dans le delta, où la nature devient plus luxuriante. On ne distingue quasiment plus le sol de l’eau. Nous visitons encore un autre marché où un autre batelier (qui promène également des touristes) nous a pris en amitié. Un petit jeu s’installe entre les deux barques où chacun vise l’autre avec les restes de fruits à bord. Un super moment de convivialité qu’on ne risque pas d’oublier. On s’arrête ensuite sur la terre « ferme » où notre guide Tao, une jeune fille qui se lance dans le métier, nous explique la multitude de fruits qu’on croise au bord du chemin. On découvre ainsi que le delta est en fait un énorme garde-manger, ce qui fait la richesse de la région. Nous regagnons Can Tho en début d’après-midi. Durant le trajet, nous faisons part de nos plans à notre guide (faire route jusqu’à Vinh Long pour y dormir et gagner Saigon le lendemain) et elle nous propose d’arranger les transports ainsi que le logement. Elle nous propose de passer la nuit sur l’île d’An Binh dans une sorte de table d’hôte/guesthouse. On est évidemment partant. Une heure après, nous sommes en route. Nous nous arrêterons sur le chemin pour visiter une fabrique de Tofu ainsi qu’une briqueterie. Nous arrivons finalement sur l’île, après avoir pris le bac, où nous attend notre hôte qui a aménagé de super bungalows pour ses invités. Au menu pour souper, une spécialité locale : le poisson éléphant, pané et frit.

Le lendemain nous profitons de notre présence sur l’île pour découvrir celle-ci à vélo. Nous nous aventurons dans les petits chemins, superbes et sauvages, mais la grande chaleur (plus de 35° à l’ombre)  nous pousse à faire demi-tour après 1 heure, non sans nous arrêter boire un verre dans une petite cantine de village. Nous regagnons notre auberge où nous profitons des derniers moments dans le delta du Mékong. Vers 14h30, nous embarquons dans un minibus en direction de la capitale Ho Chi Min, autrefois appelée Saigon. Le trajet est très inconfortable. Nous sommes flanqués au fond du minibus, avec nos jambes taille européenne dans des sièges taille vietnamienne… 3 heures et quelques courbatures plus tard, nous arrivons enfin. Quelle surprise que la découverte de cette ville. C’est une ville qui vit à du 100 à l’heure. Nous trouvions déjà que le trafic à Hanoi était démentiel, mais que dire ici… Un seul mot : la folie. Avec des enseignes lumineuses partout et une véritable frénésie, on se croirait à Hong Kong. On gagne notre hôtel et bookons directement notre excursion du lendemain : les tunnels du Cu Chi. Nous soupons dans un resto qui a pignon sur une des rues les plus agitées de la ville. Ensuite, direction l’hôtel pour une bonne nuit de sommeil : lever à 7 heures le lendemain.

 

PS: Désolé, pas le temps de mettre des photos, je le ferai demain! :-)

17:20 Écrit par amaury dans Vietnam | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : voyage, delta, mekong, vietnam |  Facebook |

Jour 13: A la découverte du Mékong

Déjà le réveil sonne, tout comme le glas de nos dernières heures sur cette île magnifique. Un dernier plouf dans la mer de Thaïlande et nous préparons nos bagages. Check-out et direction le petit aéroport de l’île. Même petit avion (à hélice) qu’à l’aller sauf que cette fois nous débarquons à Can Tho, situé en plein milieu du delta du Mékong. Après une pause balnéaire, nous retournons dans les profondeurs du Vietnam. Ce qui n’est pas pour nous déplaire. Première étape, trouver un hôtel. Nous en trouvons un convenable, bien que l’ascenseur soit en réparation/construction (difficile à dire…). On réserve directement une barque et un guide pour notre journée du lendemain à travers les eaux du Mékong. On souhaite ensuite se rendre au parc aquatique de la ville, histoire de se rafraichir. Le taxi nous dépose devant les barrières…fermées du parc. Fermées depuis un bout de temps. Les investisseurs locaux avaient-ils vu trop grand avec un parc aquatique démesuré par rapport à la petite ville ? Probablement… On en profite pour se promener dans la ville. Il fait terriblement chaud et nous sommes heureux de regagner l’hôtel pour se détendre un peu. Au moment de ressortir pour souper, une surprise nous attend : les eaux du Mékong sont montées et inondent maintenant toute la ville, parfois jusqu’à 40 cm.  Un peu effrayés au départ vu les images catastrophiques des inondations en Thaïlande, le réceptionniste nous rassure en nous signalant que c’est courant en cette période (fin de la saison des pluies et effet conjugué de la lune). On se rend au resto les pieds dans l’eau ! Un copieux souper au bord du fleuve plus tard, nous allons dormir car demain nous nous levons à 5 heures pour partir à la conquête du fleuve.

17:19 Écrit par amaury dans Vietnam | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : voyage, vietnam, can tho |  Facebook |

28/10/2011

Jours 11 et 12 : Les merveilles de l’île paradisiaque de Phu Quoc

Le trajet se passe bien, et même trop bien. En effet, le bus a roulé vite et nous nous trouvons bien à l’avance à Ho Chi Min. Nous prenons néanmoins le chemin de l’aéroport (il n’y a pas grand-chose à faire à 5h du matin) où nous poireautons pendant 3 heures. Finalement, nous prenons notre vol à destination de l’île de Phu Quoc, à l’extrême ouest du Vietnam. D’après nos renseignements, il s’agit d’une île paradisiaque, décrite comme la nouvelle Puh Khet. Une fois atterris, nous nous posons quelques minutes pour consulter nos guides de référence (Le Routard et Lonely Planet) afin de choisir un hôtel. Le premier que nous visitons ne nous convient pas : trop cher. Nous nous rendons chez son voisin qui répond à nos attentes. Pour 42$, nous avons une chambre avec vue sur la plage. Et quelle plage ! De sable fin, elle s’étend à perte de vue et donne sur une mer turquoise transparente. Une véritable carte postale qui nous charme immédiatement. Nous ne tardons pas à nous poser sous les cocotiers afin de profiter du temps exceptionnel. Je ne résiste pas à une Vietnamienne qui vient me proposer un massage au bord de l’eau, sous un soleil couchant inoubliable. Nous passons la soirée dans un bar voisin, toujours sur la plage bien entendu. Repas mexicain au menu animé par un petit groupe du coin (avec une danseuse au déhanché légendaire). L’ambiance est sympa, mais comme nous sommes en saison creuse (la haute saison commence la semaine prochaine) il faut avouer que c’est assez calme sur l’île.

Le lendemain, nous louons des scooters pour partir à la découverte de l’île. Après quelques kilomètres, ma bécane a quelques ratés. Je ne prends pas de risque et je fais demi-tour. Je laisse les autres visiter une cascade au milieu de l’île et une plage à l’est. Un superbe écrin ! Je passe la journée à la plage où j’en profite pour terminer ma lecture d’ « Into the wild », que je tenais à lire en anglais après avoir vu le superbe film. Le soleil est toujours là et je profite de cette journée de farniente, bienvenue après un voyage sans répit. En fin d’après-midi, mes compères me rejoignent et nous repartons pour visiter le marché de Duong Duong, la plus grande ville de l’île. Déjà la nuit tombe et au moment où nous nous asseyons pour prendre un verre, une coupure d’électricité vient plonger l’île dans le noir. Les habitants sortent les bougies et le spectacle n’en est que plus magnifique. Comme mes camarades, nous avons vraiment été touché par la beauté de l’île, que je ne peux que vous conseiller si vous cherchez un petit paradis tropical qui n’est pas encore (mais ca ne va pas tarder) envahi par les touristes. Certes les routes sont très précaires, le confort pas à son paroxysme et la propreté des rues laisse parfois à désirer, mais cela ne fait qu’ajouter du charme à l’ensemble. Bref, pour revenir à notre soirée, nous soupons dans un restaurant de fortune installé sur le marché où nous dégustons divers fruits de mer. Nous rejoignons ensuite l’hôtel où nous passons la fin de soirée à siroter quelques bières sur la plage. Le pied.

IMG_8171.JPGIMG_8175.JPGIMG_8176.JPG

13:28 Écrit par amaury dans Vietnam | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : voyage, vietnam, phu quoc |  Facebook |

Jours 9 et 10 : Détente à Nha Trang

Réveil quelque peu difficile mais nous nous mettons rapidement en route. Le taxi (enfin, plutôt le beau-frère du patron de l’hôtel) nous conduit à l’aéroport d’Hanoi pour le premier de nos 3 vols domestiques : direction le sud-est avec Nha Trang. Il s’agit de la plus grande station balnéaire du Vietnam, où les locaux fortunés et, surtout, les touristes viennent se détendre. Ce sera notre objectif. Nous profitons d’abord des 2 heures de vol pour compléter notre nuit. Nous arrivons enfin à l’aéroport de Nha Trang, situé à l’extérieur de la ville. Le paysage rappelle celui de la côté d’azur et on sent que tout est fait pour le touriste : le quartier dit « du routard » ne comporte que des enseignes en anglais où l’on propose, toujours avec beaucoup d’instance, une journée de snorkeling, un massage ou encore un repas à toutes les sauces (russe, indienne, australienne, bretonne (!), etc…). Nous nous posons dans un hôtel au nom attrayant : le Nice Hotel. Nous ne sommes pas déçus, l’hôtel s’avère agréable et propose de nombreux services (laverie, réservation de tickets, etc…). Tout ça pour 5$ par personne… Nous allons rapidement profiter de la plage, de sable fin, sous un grand soleil. En soirée, nous goutons un resto indien. On en profite également pour réserver notre expédition du lendemain : une sortie sur le « Mama Linh » boat dans les îles au large de Nha Trang. Les deux tiers de l’équipe étant quelque peu indisposés par une mauvaise cuisson (on suppose…) du souper de la veille, nous décidons de passer une soirée tranquille à l’hôtel.

Nous nous réveillons dans la bonne humeur, notre journée risque d’être bonne. En effet, le « Mama Linh » boat, et ses copies/concurrents, sont assez reconnus pour l’ambiance festive de ses sorties. On le constate rapidement : nous serons entre jeunes. Principalement des anglais, mais également quelques français (27 personnes au total). Nous visitons d’abord l’aquarium de Nha Trang, assez sympa, avec des espèces de poissons inconnues pour nous, et parfois effrayantes. Nous jetons ensuite l’ancre au large d’un récif proche de coraux et d’une faune impressionnante. Tout le monde saute à l’eau pour une séance de snorkeling. Il est temps ensuite de rejoindre le bateau où la bière coule à flot. On sert le repas sur le pont. Après quelques encablures, notre guide sort ce qui ressemble, de loin, à une batterie et l’installe au milieu du pont. Il est rapidement rejoint par deux autres membres de l’équipage équipés d’une guitare et d’un micro. C’est parti pour une session de chant improvisée. Notre guide s’est mis comme challenge de chanter une chanson de chaque pays représenté sur le bateau. Pari réussi, même si on se demande toujours ce qu’il a essayé de chanter pour nous… Une fois la scène dégagée, le pont est recouvert de fruits à foison. C’est une véritable orgie. A peine terminé, le guide se jette à l’eau à bord d’une bouée aménagée en bar flottant. On le rejoint pour boire l’apéro/digestif. Nous regagnons ensuite tout doucement le port de Nha Trang où la sortie se termine. On profite de la fin de journée agréable (toujours pas une goutte de pluie depuis notre départ de Belgique) pour visiter les ruines d’un temple toujours dévoué aux cultes locaux de la culture Cham. Après un dernier repas dans le quartier du routard, nous rejoignons la gare routière pour prendre un bus de nuit qui doit nous amener à Ho Chi Min City, la capitale d’où nous envolerons pour l’île de Phu Quoc. C’est la première fois que nous prenons ce genre de bus, où les sièges sont des couchettes, pas très confortables, surtout à cause de l’état des routes.

IMG_8032.JPGIMG_8035.JPGIMG_8066.JPG

 

 

 

 

 

IMG_8077.JPGIMG_8091.JPGIMG_8122.JPG

13:19 Écrit par amaury dans Vietnam | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : voyage, vietnam, nah trang |  Facebook |